TOUT FAIRE MAISON pour un repas de fête exceptionnel !

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:


TOUT FAIRE MAISON pour un repas de fête exceptionnel !

Visionner le communiqué en ligne

Est-ce vraiment possible de tout faire soi-même ?

Partir des produits de base, conserver, transformer soi-même les aliments, peut être un rêve. Mais pour un repas exceptionnel, le « tout maison » est un challenge très accessible et ô combien gratifiant.

Priorité à la convivialité

« Tous, absolument tout a été fait à la maison ! » Voilà un préambule qui marque le côté véritablement exceptionnel d’un repas de fête. Hors, concevoir un grand menu autour de produits exclusivement travaillés chez soi simplifierait la tâche du cuisinier pour peu qu’il puisse s’y prendre à l’avance. Nombre de mets prestigieux s’élaborent directement à partir des procédés de conservation. C’est pourquoi, tompress propose de procéder à partir des différentes méthodes de transformation, de conservation et en privilégiant tout ce qui peut être préparé d’avance et demande le minimum de contraintes au cuisinier pendant le repas.

Bien avant le jour J…

La bûche glacée

En raison, alors que les jardins donnent à plein et que les étals de nos marchés regorgent de fruits, il est facile de conserver intact les saveurs les plus délicates.

A partir des jus extraits au pressoir ou à l’extracteur vapeur, on confectionne des bûches glacées que l’on met en forme dans une gouttière. Il est possible de masquer la bûche de meringue italienne que l’on brûle au chalumeau de cuisine pour donner l’aspect du bois.

Les charcuteries

Les pâtés doivent maturer et se préparent longtemps à l’avance. Les charcuteries peuvent être accompagnées de condiments comme les confitures d’oignons servies en verrines individuelles par exemple.

Les Boissons, le vinaigre

Produire soi même les différents vins accompagnant les grands repas n’est pas possible mais servir un apéritif, une bière ou un jus de fruits maison est tout à fait envisageable. Plus facile encore, faire son propre vinaigre : en s’y prenant suffisamment à l’avance, produire en excellent vinaigre est à la portée de tous. Il suffit de laisser faire le temps !

J-7 à J-5

Le foie gras

Classique des classiques, le foie gras en terrine ou au torchon a l’avantage de se préparer d’avance, de se consommer tel quel et d’entrer dans bien des compositions. Particulièrement utile pour la cuisson des foies gras, la cuisson basse température sous vide a l’avantage de conserver intactes toutes les saveurs du foie, d’éviter l’altération due à l’oxygène et la perte de poids.

Les dérivés du lait

En pâtisserie ou pour les sauces, une multitude de recettes se composent de fromage blanc. C’est peut être dans les verrines que l’on sert à l’apéritif que son usage est le plus spectaculaire. Il n’est pas difficile non plus de faire son propre beurre. Travaillé en pommade, les beurres aromatisés et moulés au cachet vont fondre et diffuser leurs parfums. Ce sont aussi de très jolis éléments de décoration.

J-4 à j-2

Les fumaisons

Saumon fumé et autres fumaisons.

Voilà un mode de conservation qui donne bien des satisfactions gustatives. Fumage à froid ou fumage à chaud (qui cuit et fume en même temps), les fumaisons ont une place de choix dans les repas de fête. Le traditionnel saumon, doit être fumé au moins deux jours avant le repas pour donner toutes ses saveurs. La fumée se véhicule par les graisses, et 48 h de maturation au réfrigérateur sous film alimentaire sont un minimum.

Les mollusques se fument aussi très bien. Les huîtres ou les coquilles St Jacques sont absolument délicieuses !

J-1 à H-1

Les pains

Des pains de seigle pour accompagner les fruits de mer aux pains au levain dont la petite acidité dait chanter les charcuteries, réaliser le pain idéal pour chaque met ne demande finalement que de disposer des bonnes farines. Dans un four ordinaire, il est tout à fait possible d’obtenir des pains longs et bien croûtés si l’on utilise des supports perforés.

Le tournebroche

Véritable spectacle offert aux invités, la cuisson au tournebroche à l’avantage de sortir le chef de sa cuisine et d’impliquer les convives. Tout le monde se régale d’avance, commente l’avancée de la cuisson et quand c’est prêt, on passe à table sans traîner ! Les grosses volailles ne sont pas les seuls viandes qui conviennent aux repas de fête. Il est aussi possible d’envisager des pièces de viande blanche. Le porc par exemple, peut être préalablement cuit en marinade et fumé avant d’achever sa cuisson à la broche. En procédant de la sorte, on est sûr d’obtenir une viande très moelleuse et parfaitement cuite à cœur.

CONTACT PRESSE : Carine Ojer 05 63 71 54 65 / communication@tompress.com

Photos détourées, précisions techniques et information sur le matériel sont à votre disposition.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »